Cet article est la traduction d’une interview donnée par le Directeur Général de Plan.Net France – Pierre-Emmanuel Muller – au site web de référence dans l’univers créatif LBB Online.

LBB > Quels contenus créatifs vous ont inspiré, ou intéressé, le plus en grandissant ?

Pierre-Emmanuel Muller > Un mélange, je pense. D’abord les livres dont vous êtes le héros. L’idée que l’histoire n’existe pas avant que je ne la lise et fasse mes choix, qu’elle se construise au fur et à mesure de ma lecture, me fascinait. Ensuite, les premiers jeux vidéo dans lesquels, une fois encore, les choix réalisés pendant la partie influaient sur le cours des événements. J’imaginais les embranchements, les personnalisations, les pondérations. J’étais tout aussi happé par le jeu lui-même que par la technologie sous-jacente.

LBB > Quel est votre parcours dans l’industrie numérique ? Depuis vos études jusqu’à vos premiers postes, quels sont les erreurs que vous n’avez jamais répété et les conseils que vous n’oublierez pas ?

Pierre-Emmanuel > J’ai eu un parcours peut-être un peu sinueux. J’ai commencé à travailler chez un hébergeur de sites web, LeVillage.Org, en tant que journaliste. Le site éditait un hebdomadaire en ligne. Avec la bulle internet en 2000, un journal papier a été lancé, dont je suis devenu rédacteur en chef. Je suis ensuite devenu chef de produit hébergement, en particulier pour le streaming. C’est là que j’ai compris ce que pouvait être un accident industriel. Administrer une mailing-list de 300 000 abonnés, cela peut conduire à quelques ratés magnifiques.

J’ai ensuite écrit une dizaine d’ouvrages de vulgarisation informatique, été chargé de cours à l’université de Rennes 2 et animateur radio avant de créer mon agence en 2005, au moment de la loi française sur l’accessibilité numérique. L’idée était alors d’accompagner les collectivités locales dans la création d’outils et de services accessibles au plus grand nombre de citoyens.

LBB > Dans les premières années de Plan.Net France, quelles sont les leçons que vous avez retenues, et que vous appliquez encore aujourd’hui ?

Pierre-Emmanuel > Je viens de l’open source. Un monde dans lequel chacun.e peut prendre la parole, challenger ceux qui sont là depuis longtemps, ceux qui sont en poste. Mon agence a toujours donné beaucoup de place aux jeunes talents. Que ce soit dans la conduite de projets, le développement commercial ou même l’organisation interne de l’agence. Autre apport de l’open source : release often, release early. Nous partageons tôt et souvent nos idées, nos projets. Plus on s’expose, plus on confronte, plus on est riche. Cela a permis à l’agence de grandir dans une culture de l’ouverture et de l’accueil des idées neuves.

LBB > Comment tout cela définit la façon dont vous travaillez au quotidien et l’environnement de travail que vous établissez chez Plan.Net ?

Pierre-Emmanuel > On sait que dans notre industrie, toute situation est transitoire. Les technologies, outils, ne dureront pas. Ce qui fait réellement notre valeur ajoutée, c’est notre capacité à accompagner, écouter nos clients et leur apporter la bonne solution, la bonne idée, la bonne technologie au bon moment. Les collègues savent qu’ils devront se former, challenger la façon dont ils travaillent, les outils qu’ils utilisent.

LBB > Vous êtes directeur général de Plan.Net France depuis plus de 11 ans. Quels sont les aspects les plus gratifiants et challengeant de ce poste ?

Pierre-Emmanuel > Le plus valorisant, c’est d’avoir des collègues qui travaillent encore avec moi 15 ans après leurs débuts, et d’en voir d’autres qui sont partis solliciter l’agence, nous appeller quand ils sont chez l’annonceur. On m’a dit un jour, dans notre métier, on n’a que sa réputation. Je pense que ce n’est pas tout à fait faux.

Le plus dur, même si c’est ce que l’on recherche aussi en travaillant en agence, c’est de toujours devoir prouver, montrer, convaincre. C’est une discipline à laquelle on doit s’astreindre. Elle est dure mais je pense qu’elle est nécessaire et salutaire.

LBB > De quoi êtes vous particulièrement fier dans vos travaux récents ?

Pierre-Emmanuel > Tout le travail que nous avons accompli depuis 4 ans maintenant avec BMW Group France. Nous avons accompagné notre client dans la transformation de sa communication et de son organisation. C’est avec lui que nous avons inventé de nouvelles façon de collaborer, de partager et d’améliorer notre collaboration.

LBB > Quels sont les défis que vous vous attendez à affronter dans les années à venir, auxquels l’industrie de la communication est exposée ? Et comment envisagez-vous de les affronter ?

Pierre-Emmanuel > Je crois fermement que dans notre métier, les généralistes ont encore une place. La tentation de la spécialisation, de la mode, peut être grande car elle apporte du confort, elle rassure. Je crois que nous devons offrir à nos clients une vue la plus large possible. Le contexte des actions est tout aussi important que l’action elle-même. En histoire, comme dans le digital.

LBB > Qu’est ce qui vous excite vraiment dans le futur de la communication ?

Pierre-Emmanuel > En dehors du week-end à venir ? L’intelligence artificielle, sous toutes ses formes. Nous ne savons pas encore à quel point nos jobs vont être transformés. Nous ne savons pas quels nouveaux besoins pourraient émerger de tout cela. Nous pouvons créer une image à partir d’une simple requête. Nous pouvons facilement extraire les phrases les plus importantes d’une réunion. Les curseurs bougent si vite qu’il est difficile de lire l’avenir. C’est vraiment une époque enthousiasmante pour nos métiers !